Vers une salle de bains ZD et minimaliste | DEUX Cosmétiques
On vous présente : Myriam !
mars 21, 2017
On vous présente : Pierre-Olivier !
mars 27, 2017
 

Je crois avoir commencé mon virage vers le Zéro Déchet à l’été 2014 (je suis encore loin du zéro, mais j’y vais à mon rythme, en respectant mes limites, et c’est ce qui est le plus important à mon avis !). Si je me souviens bien, l’élément déclencheur a été lorsque je suis allée chercher, fièrement, mon bac brun à l’Éco-quartier de mon arrondissement.

J’étais impatiente que la première collecte, prévue pour le jeudi suivant, ait lieu et que je puisse descendre, toute triomphante, mon bac brun sur le trottoir. C’est à ce moment que je me suis dit « Tant qu’à valoriser tes déchets de table, pourquoi n’entames-tu pas un virage vert pour toutes les sphères de ta vie ? ». Ayant toujours eu une conscience environnementale assez forte (pas pour rien que j’étudie dans ce domaine) le processus n’a pas pris de temps à s’enclencher !

Ma salle de bains de rêve (ben, juste le comptoir là…)
Source

Le changement le plus « facile » qui s’est opéré a été dans ma salle de bains. Déjà, puisque celle-ci est à peine plus grande qu’un garde-robe (comment ils faisaient, en 1930, avec leur famille de 8 enfants ???), il n’y avait pas beaucoup de place pour du superflu. Malgré tout, à deux adultes, nous remplissions facilement la petite poubelle à chaque semaine. Tube de dentifrice, bouteille de shampoing, emballage de savon, cure-oreilles, produits hygiéniques, vous comprenez…

Il est venu le temps…. d’épurer

Primo, j’ai épuré. Dès que je terminais un produit, je me posais sérieusement la question à savoir si j’en avais réellement besoin et si oui, en quelle quantité. J’ai ainsi pu réduire le nombre produits que je possédais (qu’est-ce que je faisais avec quatre bouteilles de revitalisant différentes ?) et conservé uniquement les produits dont je me servais. J’ai aussi fait le ménage de mon cabinet de pharmacie et rapporté au pharmacien du coin tous les médicaments expirés ou que je n’utilisais plus (t’sais quand t’achètes la boîte de 500 comprimés d’ibuprofène juste parce qu’elle est en spécial mais que tu as mal à la tête au maximum 5 fois par année…).

* Rapportez toujours vos médicaments expirés ou inutilisés à la pharmacie. Le pharmacien saura en disposer de façon sécuritaire. *

Mon shampoing et mon revitalisant achetés en vrac, mis dans des bouteilles auxquelles j’ai donné une seconde vie 🙂 (allô affreux bonnet de douche !)
Vive le vrac !

Deuxio, pour remédier à plusieurs déchets, je me suis tournée vers les produits en vrac, qui furent (littéralement) une illumination dans ma vie. Comment ça se fait que je n’y avais pas pensé avant ?? Dès que j’ai eu fini mes bouteilles de produits commerciaux (savon à mains, shampoing, revitalisant, crème hydratante), j’ai commencé à les faire remplir chez Terre à soi, une boutique écolo (que j’adooooooooore) dans mon quartier. En plus d’y trouver des produits vendus en vrac, ces derniers sont tous écologiques (be-bye produits synthétiques dérivés du pétrole qui étouffent ma peau et mon cuir chevelu). Save the planet and save your portefeuille !

DIY (Do It Yourself)

Troisio (ou tertio ?), je me suis armée de bicarbonate de soude, 2-3 huiles végétales et quelques huiles essentielles et j’ai commencé à fabriquer moi-même mes produits qui requièrent peu d’ingrédients :

  • mon déo maison (recette adaptée de celle des Trappeuses);
  • mon huile pour le visage (maintenant, j’utilise mon sérum chouchou Douceur Lavande);
  • mon huile pour les cheveux (la plupart du temps j’utilise seulement de l’huile de coco, mais je vole de temps en temps quelques gouttes de l’huile à barbe de mon concubin pour en mettre quelques gouttes aux pointes…;
  • tous mes produits ménagers (c’est fou tout ce qu’on peut faire avec du vinaigre et du bicarbonate de soude !);
  • mon gel pour les cheveux (toujours selon la recette des Trappeuses);
  • mon mascara (je ne me maquille que 2-3 fois par année, alors la recette des Trappeuses est parfaite car je peux la faire en mini quantité);
  • mon shampoing sec (de la fécule de maïs et de la poudre de cacao non-sucré [car je suis brune] et le tour est joué !).

J’oublie certainement des trucs mais bon, vous avez compris que je me réfère beaucoup au merveilleux blogue des Trappeuses pour tout ce qui est DIY cosmétiques !

Viser le durable

Quarto (et dernièrement), be-bye les produits jetables ! Voici les remplacements que j’ai effectués, au fur et à mesure que je terminais un produit :

  • Cure-oreilles de coton –> Oriculi
  • Brosse à dents en plastique dans un emballage de plastique –> Brosse à dent en bambou dans un emballage de carton recyclable
  • Tampons –> Coupe menstruelle (sérieusement, juste ÇA, ça a réduit drastiquement mes déchets !)
  • Serviettes sanitaires jetables –> Serviettes sanitaires lavables
  • Rideau de douche en plastique cheapette qui doit être changé tous les 3 mois –> Rideau de douche en tissu lavable à la machine
  • Tous mes produits coiffants –> De l’huile de coco et… rien d’autre !
  • Rasoirs jetables –> Un seul rasoir avec lames changeables (seulement besoin de les changer aux 4 à 6 mois)
  • Bouteille de « pouch-pouch » qui sent (pas si) bon –> Juste des allumettes !
  • Presque tous mes contenants que j’utilise/réutilise viennent des produits de DEUX

De gauche à droite : Mon déo maison, mon mascara et mon eyeliner maison (ok, le pot est légèrement disproportionné….), mon gel « be-bye boutons » (gel d’aloès + tea tree), nos brosses à dents, nos « outils » (oriculis, coupe-ongles, pinces à sourcils), ma teinture pour mes allergies saisonnières (je ne pourrais m’en passer ! Mais je  vais réutiliser la bouteille), mon sérum pour le visage (Douceur Lavande) et l’huile à barbe de monsieur (Romarin et Vitamine E), mon shampoing sec (fécule de maïs + cacao en poudre), un pot d’huile de coco et ma crème hydratante (Avocat-carotte).
Il y a encore du chemin à faire

C’est sûr que le processus de « zéro-déchetisation » de ma salle de bains n’est pas encore terminé, mais si je compare à il y a deux ans, citron que j’en ai fait du chemin ! Le vrac, le DIY et les produits réutilisables et durables, ça a vraiment fait toute la différence !

Prochaines étapes à franchir : le papier de toilette lavable et le dentifrice fait maison 🙂 Je vous en donne des nouvelles !

Myriam
Myriam
Étudiante en sciences de l'environnement et en géographie, Myriam se questionne beaucoup sur l'impact de l'être humain sur son environnement et vice-versa. Par le biais du blogue de DEUX, elle proposera du contenu de façon ponctuelle afin de vous partager sa passion écolo-grano-loco-vore.

Comments are closed.

Suivez nous sur Instagram

@deuxcosmetiques